Les clapets anti-retour

28 Juil

Témoignage de Gérard sur les clapets placés à la jonction entre l’égout public et l’égout privé :

« Nous sommes plusieurs à avoir placé le clapet anti-retour et ce par une société officielle située sur la commune de Forest.
Il s’agit de la societé Trabati avenue Monte carlo. Le système est placé entre le collecteur de la rue et le dernier « regard » se trouvant dans nos caves. Le système est très efficace mais n’évacue pas les eaux de pluies personnelles : eaux propres.
Depuis l’année dernière les inondations ont repris et des infiltrations venant de la nappe ainsi que des voisins sont venues s’ajouter à l’évacuation des eaux de mon toit.
Je n’ai plus d’information sur la firme Trabati ! — mais d’autres entrepreneurs sont également accréditées. Le prix en 1990 était de 2.500 euros. »

Pour moi cela empêche les eaux « sales » de remonter dans les caves. Ce système + pompes devraient limiter au maximum la hauteur des eaux mais ne garantit pas d’avoir des caves sêches.

Publicités

17 Réponses to “Les clapets anti-retour”

  1. anonyme juillet 28, 2007 à 8:07 #

    “on dit” — mais que ne dit-on pas — qu’il est actuellement interdit de placer un clapet à la jonction entre l’égout public et l’égout privé. Ou, pour le dire autrement, qu’on ne peut le placer que dans la portion d’égout qui se trouve sous la maison. Avec le risque déjà connu sur St Denis de voir la canalisation exploser sous la maison à cause de la sur-pression. Quelqu’un pourrait me renseigner avec certitude ?

  2. Léonard août 26, 2007 à 5:01 #

    Bonjour; Personnellement, je ne peux retenir mes fou-rires chaque fois que j’entends que l’on a installé des « anti-retours » sur les canalisations d’égouttages privés pour empècher les remontées (sous pression et hauts débits) des eaux des égouts publics en leurs caves et ce, en cas de déluge ou de défectuosité des installations publics !!
    Je ne peux que pleurer, puis rire, de ceux qui ont succombé aux discours des sociétés qui leurs réclamaient 2500 euro pour résoudre « définitivement » le problème de leurs caves. Car en effet, le risque de destruction dans les caves sont énormes étant donné que la force des eaux de reflux peut atteindre les quatre cents kilos (et même +) en très peu de temps et que le risque d’avoir une destruction totale de cet « anti-retour » est pratiquement garanti, ainsi que des destructions qui feront suite à la destruction de cet « anti-retour ». Il existe un moyen plus simple, moins onéreux et facile pour résoudre ces problèmes d’inondations intenpestives et qui limite la force des eaux et qui évacue les eaux de reflux et qui protège les biens privés (me faire savoir, par courriel, si cela vous intéresse, dans le cas contraire ne vous en donnez pas la peine).
    Ce qui m’a toujours étonné, c’est que les ingénieurs en charge de ces problèmes n’ont jamais eu d’idées pour résoudre ces problèmes et que c’est une réalité, simplement parce que l’université ne leur a pas donné le cours qui éveille le sens des innovations dans le domaine hydrique (ce n’est pas parce que l’on est ingénieur que l’on a des idées géniales, en quelque sorte)(il y a des ingénieurs derniers de promo, ils sont du lot de consolation pour les places en les communes).
    Les inondations des caves privées montrent en suffisance que la limite intectuelle des ingénieurs est atteinte et qu’il est temps de leur donner une responsabilité administrative, au sein d’un groupe politique, pour constater et classer et statistiquer les affaires en la matière des eaux (peut-être même en d’autres matières aussi).
    Léonard.

  3. debatty août 30, 2007 à 5:43 #

    merci pour le commentaire, il dit assez clairement mes craintes! Par contre, quelle est l’autre solution proposée? Et le moyen de contacter Léonard?

  4. François J. août 30, 2007 à 9:07 #

    Nous discutons de tout cela sur la liste du groupe !

  5. Léonard août 30, 2007 à 5:22 #

    A tous bonsoir; J’ajoute que je ne discute, de problèmes d’inondations dans les caves, qu’avec les propriétaires de biens immobiliers avec droits réels (qui eux seuls ont de l’intérêt à protéger leur bien contre les destructions).
    Léonard.

  6. barid octobre 17, 2007 à 9:25 #

    Bonjour,

    Je suis Tunisien, vue les problèmes rencontrés dernièrement par les fortes pluies, je suis interssé par votre méthode.

    Merci

  7. Léonard novembre 8, 2007 à 2:57 #

    A nouveau bonjour à tous;

    J’avais eu un court entretien avec « Monsieur François J. » concernant l’action mécanique destructive des inondations sur les biens immobiliers fixes batis avec des caves enfouies dans le sol (à moins 3 mètres), à Bruxelles ; nous y avions profité pour aborder aussi les ravages que cela provoque sur les biens psychologiques des propriétaires surtout ; chemin faisant, nous avions été bien ensemble pour dire que cette situation était en réalité une plaie à hystérèse et que cela valait la peine d’en discuter en conférence téléphonique d’abord (c’est gratuit avec « INTERNET »)et ce, avec des personnes positives et motivées afin d’exposer, éventuellement, une solution matérielle efficace pour faire barrage à ce fléau.

    Je ne puis savoir actuellement où en est la démarche de « Monsieur François J. » pour pouvoir organiser cela ?!

    Je n’en ai plus de nouvelle.

    Peut-il y avoir des obstacles en la demeure pour ne pas réaliser cela ??

  8. Léonard novembre 21, 2007 à 6:34 #

    Tiens, tiens, tiens, une idée simple (mais qui marche toujours) !
    Pourriez-vous organiser une kermesse aux boudins, pour marquer le début de la construction du bassin d’orage (avec collection des queux, ça marche aussi) !

  9. Forget Gerard novembre 28, 2007 à 2:38 #

    LEONARD A LE FOU RIRE !!!!!!

    Mais moi je n’ai pas eu plus de 30 centimetres d’eau dans mes caves. Je lui propose de visiter le système et après il pourra a nouveau le commenter.
    A propos les 30 cm sont venues par le mur du voisin qui lui avait 150 cm !!!
    A mon tour de rire.
    Gerard.

  10. Léonard novembre 30, 2007 à 2:05 #

    Je continue, en effet, de rire ; puis d’agir et d’écrire. Monsieur Forget, je ne veux pas aller là où vous voulez m’entrainer et ce que je ne veux pas entretenir, c’est justement l’opposition de techniques différentes pour résoudre le même problème traumatisant. Je suis bien d’accord, qu’il faut s’entendre avec les voisins mitoyens, et avec les autres, pour résoudre la problématique de l’inondation dans une zone identique d’habitats car, il ne sert à rien de mettre en place un matériel technique isolé pour combattre les reflux d’eau (dans votre cas, il s’agirait d’une affaire de temps horaire pour découvrir la vérité sur les vases communiquants).

  11. Léonard mai 17, 2008 à 3:51 #

    Comment allez-vous et comment vont vos batisses après les pluies ?

    Je vous lis, merci !

  12. gerard mai 20, 2008 à 4:04 #

    Il semble que l’action entreprise par le comité de quartier oblige les autorités à se bouger.A toute personne intéressée par le problème des inondations,de nous rejoindre et d’aider le comité à agir.Toute offre de service est la bienvenue.

  13. Laurent mai 28, 2008 à 7:02 #

    M. Léonard a la solution miracle que personne d’autre avant lui n’a trouvée, mais il n’en dit rien et reste dans le cynisme moqueur et sybillin…

    Avez-vous donc quelque chose à vendre (cher ?) pour rester si secret ?

  14. Léonard juin 17, 2008 à 8:31 #

    Bonjour ; non rien à vendre, rien de secret.Cependant la bonne solution définitive pour résoudre la problèmatique des innondations locales ne peut être que collégiale mais plutôt que collective ; les solutions individuelles ne sont que conservatoires en attendant que les kermesses aux boudins, les bals des bourgmestres, les sitting et les kermesses aux moules s’éssoufflent (dans deux siècles certainement). Que voulez-vous les politiques s’en emmèlent alors le raisonnable et la compétence trépassent !

    Maintenant, un bassin d’orage n’est qu’un pis-aller étant donné que partout où il a été construit, il a aggravé les dégâts dûs à la saturation du réservoir pour le motif qu’il doit être équipé de portes de secours pour évacuer les surplus d’eau, devinez où ces surplus sont évacués (eh oui, vers les habitations privées) !!

    En cas de grosses inondations (même si le risque d’avoir une grosse innondation est minime, on peut être certain qu’elle se produira)vous avez après l’innondation principale, une autre innondation différée causée par les surplus de bassin. La construction d’un bassin provoque une deuxième innondation (parfois fondue dans la principale et la séparation à peine perceptible, si ce n’est que par l’expertise des dégâts matériels plus importants.

  15. Léonard juin 19, 2008 à 4:01 #

    Aah, j’oubliais, et je suis impardonnable ; merci d’acquicesser ma confession, mais vous êtiez certainement, ce jour, à ANDERLECHT, aux débats concernant les innondations des eaux (dans deux siècles cela sera certainement pour les innondations des boues que ANDERLECHT fera appel à vous), les autorités politiques recherchent des idées parmi la populas ouvrière pour encore mieux exploiter leur idée). Brusquement, devant cette grave problématique des eaux innondantes, la collégiale se retourne vers le collectif pour dire qu’elle est démocratique et qu’elle écoute et qu’elle recherche des idées (enfin) !!

    Y étiez-vous ??

    Les communes s’occupent indépendamment de cette problématique des eaux innondantes ; quelle grosse erreur (mais c’est de la stratégie politique uniquement, ce n’est pas de l’ingénieurie technique compétente !)

    Je vous lis

  16. Léonard avril 30, 2009 à 3:45 #

    Hallo ; vous avez remarqué qu’il n’y a plus de problème d’inondations chez nous ; Merci, les politiques, merci les echevins ; c’est gentil de vous être occupés de nous avec tellement d’intelligence !
    Léonard.

  17. Nicolas avril 5, 2011 à 8:03 #

    Que proposez vous si vous pensez que le clapet ne sert à rien ? je suis curieux …quelle est votre méthode .. je suis preneur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :